La Photo de figurine – Comment se servir d’un appareil photo ?

Bonjour à toutes et à tous !

Et surtout à toi, qui souhaite enfin prendre des photos de bonne qualité, peu importe ton matos (enfin … si un peu quand même, mais pas besoin d’être Crésus, crois moi).

Cet article est avant tout destiné à toi, qui a envie de comprendre, toi qui te demande : mais merde, pourquoi ma photo elle est toute pourrie? Pourquoi c’est tout flou? Pourquoi c’est tout jaune ? Pourquoi il y a plein de taches de couleur bizarres ?

Ce site étant avant tout axé autour de la figurine, je vais volontairement passer sous silence certains paramètres qui ne feraient qu’alourdir cet article, pour ne finalement ne rien nous apporter de plus, et je vais volontairement vulgariser ce qui nous concerne directement.

Je parlerai dans un futur article de la prise de vue au téléphone, au compact, à l’hybride, etc …

Pour cet article, je vais me concentrer sur les reflex et les appareils photos (et même certains des smartphones récents) qui disposent d’un mode « M » (Manuel). Ce mode te propose de régler tous les paramètres, il nous permet de nous concentrer sur l’essentiel. Donc, trouve le mode « M », passe en vue à l’écran et c’est parti !

Le but de cette série de tutos est de passer de ça

à ça !

Cette Partie est facultative, si t’as pas envie d’approfondir, on se donne rdv quelques lignes plus bas :

Utiliser le mode M(Manuel), nous permet de nous passer de tout un tas d’autres réglages utiles dans la plupart des autres cas (mode d’autofocus, mesure d’exposition, choix des collimateurs, etc …), mais ne t’inquiète pas, je ferai aussi un article pour parler de tout ça.

De nos jours tu peux trouver des reflex à vraiment pas cher, pas besoin de prendre le dernier modèle de telle marque, un entrée de gamme de moins de 10ans suffit amplement. Le plus important pour la qualité finale de ta photo est l’objectif que tu vas utiliser et surtout l’utilisation que tu vas en faire.

Dis toi que tu n’as pas forcément besoin de matériel hors de prix, je vais te prouver qu’on peut faire de magnifiques photos avec un reflex d’entrée de gamme et un bon objectif.

Tout d’abord; de quoi a-t-on besoin pour prendre une photo ? Tout dispositif de prise de vue (webcam, téléphone, compact, bridge, hybrid, reflex, etc …) fonctionne de la même façon. On ne se rends pas forcément compte mais un téléphone portable fonctionne quasiment à l’identique d’un reflex professionnel.

Techniquement, il faut qu’une certaine quantité de photons vienne impacter une surface photosensible. La taille de cette surface, appelée capteur CMOS est très importante, plus sa taille est grande, plus elle va pouvoir recueillir d’informations. La quantité de megapixel n’a aucune importance, ce n’est qu’un argument commercial, et il vaut mieux un vieux reflex à 12mpx qu’un smartphone à 80mpx.

Pour faire une photo on va utiliser différentes valeurs « d’ouverture »(quantité), de « vitesse »(durée) et de « sensibilité »(amplification du signal). (Ces valeurs sont  respectivement représentée par : )

– Ouverture : un diaphragme, ces valeurs sont exprimées en fraction de « f » (exemple : f/1.8, f/2.8, f/5.6, f/22, etc.). Il va surtout agir sur la profondeur de champ, c’est à dire la « zone » ou l’image va être nette.

– Vitesse: un obturateur mécanique ou électronique, qui va rester ouvert plus ou moins longtemps, ce qu’on appelle le « temps de pose ». Ces valeurs sont exprimées en secondes ou en fraction de seconde (exemple : 1/4000s, 1/160s, 1/80s, 0,5s, 2s, etc.). Ce dernier n’agit que sur le fait de « figer » plus ou moins une action, nos figurines étant statiques, c’est le paramètre qui nous intéresse le moins.

– Sensibilité: un capteur numérique, qui était autrefois la pellicule argentique, dont va dépendre la qualité de l’image. Ces valeurs sont exprimées en Iso (exemple : Iso 100, Iso 800, Iso 6400, etc.).

Les paramètres d’ouverture et de vitesse sont physiques, là où le paramètre de sensibilité est purement analogique/numérique.

* Rentrons dans le vif du sujet :

Pour faire une photo bien « exposée » (une photo dont la « luminosité » est acceptable) il faut agir plus ou moins sur les trois paramètres principaux (sensibilité, vitesse, ouverture). Une photo sombre est dite « sous-exposée »,

une photo trop claire est dite « sur-exposée ».

Toi tu veux une photo correctement exposée !

Le secret est d’avoir une harmonie entre ces trois facteurs, tous trois étant intimement liés.

Pour imager le fonctionnement d’un appareil photo je vais te conter l’histoire suivante :

Imagine, t’as envie de prendre une cuite avec ton appareil photo, t’as deux possibilités :

Soit tu bois des bières légères au calme avec lui, tu profite, vous êtes bien ensemble ! Bref tu bosses à avec des valeurs iso basses (400iso, 800iso), ça va prendre un peu plus de temps, mais le résultat sera bon, t’auras pas la gueule de bois.

Par contre, si tu attaque dès le départ aux shots de whisky, alors là !!! Vous allez être beurrés c’est clair, et j’ai pas envie de voir ta tête le lendemain! En gros tu bosses à 6400iso, ta photo tu l’aura, mais elle sera bruitée, moche, avec plein de taches.

Maintenant que t’as compris ça, t’as compris ce qu’est l’iso: plus la valeur iso est élevée, plus tu vas perdre du détail, plus ta valeur iso est basse meilleure sera ta qualité.

Regarde surtout le fond noir, tu verras la différence au niveau du « grain » de l’image

iso400

iso 1600

Iso 6400

Nous, on est sage, on a le temps: On va donc carrément boire de l’eau à 100iso.

Donc, maintenant on va aller se servir un verre d’eau au robinet. Oui ! Au robinet ! On s’en fout si tu bois de la cristalline ! Tu prends un verre et tu vas au robinet de ton évier !

Donc pour remplir ton verre, il y a deux paramètres qui entrent en compte :

Si ton robinet est ouvert en grand, tu as une « grande ouverture » (une petite valeur de « f », ex: f/4, f/5.6). Si en revanche ton robinet est à peine ouvert, tu as une « petite ouverture » (grande valeur de « f », ex: f/16, f/22). Ce paramètre va aussi impacter la profondeur de champ, une grande ouverture va restreindre les détails de ton arrière plan, une petite ouverture rendra ton arrière plan également net.

Grande ouverture, petite profondeur de champ,  ( F/1.8 )

Ouverture moyenne, profondeur de champ intermédiaire, ( F/5.6 )

Petite ouverture, grande profondeur de champ ( F/10 )

Là on est trop loin, l’ouverture est beaucoup trop petite ( F/22 ) et outre le flou de la photo (dû à cette petite ouverture), il y a plusieurs problèmes qui se posent dont « la diffraction de la lumière », donc évite de fermer le diaphragme au maximum.

Histoire de te faire une idée de ce que représente l’ouverture sur ton APN (la photo ne vient pas de moi)

Tu te doute bien que si tu ouvre ta fond, ton verre sera très vite rempli, par contre si tu ouvre à peine, tu vas devoir rester un moment avec ton verre. En photo c’est pareil, plus ton diaphragme est ouvert, plus tu vas faire entrer de lumière, et moins tu auras besoin d’avoir un temps de pose long.

Maintenant tu as compris à quoi sert la « vitesse » et « l’ouverture », tu sais que ces deux paramètres vont agir sur la quantité de lumière qui va arriver jusqu’au capteur.

Il y a un petit truc en plus à savoir, il y a une valeur de temps, que je vais appeler pour les besoins du tuto « point parkinson », en dessous de la quelle, tes photos ont de gros risques d’êtres floues.

Donc ce « point parkinson » se situe aux environs de 1/100s et plus lent (1/80s, 1/60s, etc. ), à partir de cette vitesse, ton propre mouvement (respiration, excitation due au fait d’avoir un gros trucs entre ses mains) va être visible sur la photo et par conséquent ta photo sera floue sur toute la superficie de l’image. Je recommande vivement de ne pas prendre de photo en dessous de 1/100s à main levée et de stabiliser ton appareil sur un pied ou une pile de bouquins à la place. Si vraiment tu n’as pas d’autres choix que de prendre à main levée, dans ce cas uniquement, tu peux augmenter la valeur iso jusqu’à un maximum de 800iso (voire 1600iso si ton appareil est de bonne qualité), mais sache que tu perdra en qualité, dû au fait que ton appareil photo sera plus ou moins alcoolisé.

Vitesse de 1/1000sec, c’est un peu beaucoup pour de la photo de figurine, mais ça va

Vitesse de 1/200sec, c’est pour moi la bonne vitesse si tu viens de boire du café, ou si t’es en manque de nicotine

Vitesse de 1/80sec, là c’est ma limite de point Parkinson.

Vitesse de 1/30 sec, là si t’as pas de pied, tu peux oublier, c’est tout flou.

ça, c’est la base de la photographie, ce qu’on appelle le « triangle d’exposition » :

Similaire sur tout appareil de prise de vue, adaptable à toutes les situations. C’est un petit peu compliqué à saisir comme paramètres, j’ai moi même mis du temps, j’ai testé, j’ai raté, mais c’est important .Une fois tout ces paramètres compris, tout le reste va couler de source. Si tu suis mes conseils, il n’y a aucune raison pour que tu te plantes.

Il y a deux trois trucs à savoir, qui n’ont rien à voir avec l’exposition de ta photo, mais qui vont devoir être réglée sur ton appareil .

* « Balance des Blancs » (BB ou WB) ! Oui tu sais le truc qui fait que si c’est mal réglé, c’est tout jaune ou tout bleu.

Je vais pas trop rentrer dans les détails, mais une lumière dite « chaude » se situe au delà de 5800°K (kelvin), une lumière dite « froide » se situe en dessous de 5200°K. Un éclairage « lumière du jour » se situe en général aux alentours de 5500°K. J’ai pas énormément de conseils à te donner, mais vas dans le menu de réglages de la « Balance des Blancs », souvent répertorié comme « WB » (White Balance) et sélectionne le mode le plus adapté à ton éclairage.

4300°K (degré Kelvin), Balance des Blancs trop froide

5500°K, Balance des Blancs correcte à mes yeux (c’est une affaire de goût la chaleur en photo)

7250°K, Balance des Blancs trop chaude

* « Mise Au Point » (MAP), le plus simple c’est de se mettre en visée à l’écran et de sélectionner le mode « manuel » sur ton objectif (inscrit MF) et de faire ta mise au point à la main (obvious !!!). Petit conseil, « zoome » sur ton écran afin de pouvoir ajuster correctement ta mise au point.

* « Focale » (ou longueur focale), en gros plus ce chiffre est élevé plus ton « zoom » optique (et pas numérique /!\ ) va être important. Les valeurs sont indiquées en « millimètres », Pas de conseils particuliers pour commencer (j’ai bien dit pour commencer), mais essaye de prendre tes photos à environs 50mm, en dessous de cette valeur, les traits de ta figurines risquent d’être déformés.

18 mm

35 mm

105 mm

* « Mode d’acquisition », ça c’est si tu veux faire des rafales, des vues par vues, ou du retardateur (en gros). Nous ce qui nous intéresse c’est le retardateur. Sauf si tu fais à main levée, ou je te conseille plutôt la rafale.

> Petit conseil, si tu prends des photos à des vitesses proches du point parkinson, utilise plutôt la rafale, en effet le simple fait d’appuyer sur le déclencheur peut générer un léger mouvement qui va potentiellement se voir sur ta photo, dans le cas d’une rafale, la première photo à un risque d’être flou, les suivantes moins.

Pour les autres réglages, on va faire bref, les différents mode ne nous concernant que très peu, donc procède comme suit :

 

* « Style d’image », il existe plusieurs réglages enregistrés dans les appareils, reste en mode « Neutre » ou « Standard » afin de ne pas dénaturer ta figurine.

« correction auto de luminosité » > OFF

« mode AF » > one-shot ou AF-S (les autres modes permettent de faire un suivi de sujet en mouvement)

« mode de mesure » > mesure évaluative ou matricielle (vu qu’on est en Manuel, on s’en fout un peu)

« qualité » > JPEG « L », (on parlera peut-être un jour du format RAW)

 

Donc quoi faire avec tout ça ?

1* Prends ton appareil photo, sélectionne le mode M, mets toi en visée à l’écran (si c’est pas déjà le cas).

2* Ajuste la longueur focale aux environs de 50mm, fais la mise au point sur le visage de ta fig’ ou sur la zone qui t’intéresse.

3* Sélectionne la valeur d’ouverture qui va couvrir toute la profondeur de champ de ta figurine. Pas trop hein, tu risques de rencontrer des problèmes de « diffraction » de la lumière, évite donc les valeurs au delà de f/11 voire f/16.

4* Maintenant , si tu as la possibilité de stabiliser ton appareil, sélectionne une vitesse lente et une faible valeur ISO. Ou à main levée, va jusqu’à ton « point parkinson » et compense avec les ISOs.

5* Vérifie ta balance des blancs.

6* Sélectionne le mode retardateur et déclenche !

 

Petit détail important, si l’objectif de ton appareil photo a une fonction « OS » ou « stabilizer » et que tu ne prends pas de photo à main levée, mets ce mode sur OFF. C’est une fonction qui active une lentille flottante à l’intérieur de ton objectif, qui est là pour annuler tes propres mouvements et ainsi empêcher une photo floues aux alentours du point parkinson. Par contre sur pied, vu que rien ne bouge, cette lentille va essayer d’annuler un mouvement qui n’existe pas et par conséquent risque de rendre ta photo floue.

Pour Information les photos ont été prise avec un boitier de 1100D (200e d’occase) et avec un objectif « 18-55mm f3.5-5.6 KIT » ainsi qu’un « 105 mm f/2.8 macro », pour les démonstration de focale. Le reste des photos ont été prises avec un objectif 50mm F/1.8. Donc mis à part le « 105mm f/2.8 macro », l’article à été fait avec moins de 300€ de budget matériel.

Je ferai un autre article sur la partie « matériel » si ça vous intéresse.

Maintenant tu sais comment te servir correctement de ton matériel ! Fonce !

3 réponses sur “La Photo de figurine – Comment se servir d’un appareil photo ?”

  1. Salut ! Déjà merci pour l’article, il est très clair et on comprend vite comment prendre en main l’appareil pour photographier nos pitous 🙂
    J’ai juste une petite question, pourquoi choisir le mode retardateur ? Pour éviter de faire bouger l’appareil en appuyant sur le bouton ?

  2. Tout à fait !Ça permet de laisser le temps à l’appareil de se stabiliser et ainsi avoir une photo la plus nette possible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *