Loquace

Bien le bonjour,

Contrairement à la plupart des autres, je suis un figuriniste très récent. En effet, si j’ai découvert le monde ludique il y a tout de même plusieurs années (quelque part vers 2007) avec les jeux de cartes à collectionner et les jeux de plateaux, ce n’est que à l’été 2016 que j’ai commencé à considérer les figurines comme autre chose qu’un pion amélioré. En effet, l’on m’avait convié à une soirée chez mon dealer local (le tout premier Vendredi de la Figurine de Philibert) où j’ai touché mon premier pinceau depuis les cours d’art plastique du collège.

A peine quelques jours plus tard, légèrement déçu de la faible quantité de détails des figurines que je tentais si bien que mal de peindre, je craquais pour ma première boîte, mes deux premières boîtes même. Un début d’armée Sylvaneths de Age of Sigmar (un Start Collecting et des Kurnoth Hunters), assez tôt rejoints par d’autres figurines pour en faire une armée digne de ce nom (ou presque).

A l’hiver, je me lançais dans une armée de Khorne Bloodbound (AoS également) pour un choix des armes. C’était une expérience assez intéressante que d’avoir à peindre en un temps donné, temps que j’ai tout de même réussi à ne pas respecter une ou deux fois. Et plus d’ un an plus tard, il me reste toujours plusieurs grappes qui m’attendent encore.

Eté 2017, la sortie de la V8 de Warhammer 40k. Je me lance dans ce jeu avec une armée de Primaris qui m’ont l’air bien sympathiques à peindre et à jouer.

A peine plus tard, les Primaris tout juste secs, on me fait découvrir Guild Ball, jeu qui mélange football et combat. J’accroche directement, prends une boîte de base, ainsi que deux starters de factions. Peintures en cours.

Et à l’automne arriva Mythic Battle Pantheon avec son fantastique lot de figurines (mon tout premier Kickstarter !). Le jeu a l’air prometteur, tout comme les figurines. Fin de la peinture vers l’an 2020 au plus tôt. Enfin, seulement si je commence à les peindre…

J’ai la fâcheuse tendance à papillonner, à me lancer sans cesse dans de nouveaux projets sans finir les précédents. Mais bon, il paraît que c’est presque normal, ou tout du moins habituel dans ce domaine.